Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Watashi wa Valentin desu

Watashi wa Valentin desu

des nouvelles de Kyôto

Politique familale au Japon

(Coucou, Cécile ^-^)

Le taux de fécondité au Japon est structurellement très faible : 1,4 enfants par femme seulement, contre 2,1 en France par exemple. Plusieurs facteurs explicatifs, largement imbriqués, sont avancés : poids des traditions qui contraint les femmes à arrêter de travailler pour s'occuper de leur foyer, manque de structures de garde, coût des logements, coût de l'éducation, etc.

Le Japon a ainsi perdu 1 million d'habitants entre 2010 et 2015 !

Cette situation a conduit le gouvernement japonais à changer de stratégie. En 2010, le parti démocrate du Japon nouvellement arrivé, a rompu avec la position non-interventionniste traditionnelle pour mener une politique familiale volontariste, inspirée de celle de Tony Blair. C'est la mission du bureau de l'égalité à l'emploi, de l'enfance et des familles au ministère de la santé, du travail et des affaires sociales japonais (Kōrōshō 厚労省 pour les intimes). Si les contraintes pesant sur les finances publiques (accident de Fukushima...) et le changement de gouvernement ont ralenti quelque peu le rythme de mise en oeuvre de cette nouvelle politique, ils ne l'ont néanmoins pas remise en cause. Elle emporte en effet une large adhésion parmi la population.

(illustration : badge que portent les femmes japonaises pour signaler leur grossesse, notamment dans les transports en commun)

Références :

Wikipedia

site de la CAF (eh oui !

https://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/international/fiches%20pays/Japon%20mai%202014.pdf#search='politique+familiale+japon')

https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2011-6-page-52.htm

site du ministère japonais : http://www.mhlw.go.jp/english/policy/children/children-childrearing/dl/equal_employment_children_and_families_bureau.pdf

http://www.mhlw.go.jp/english/policy/children/work-family/dl/psbbwfl.pdf

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cécile 18/10/2016 15:01

Quand nous avons proposé et mis en oeuvre la modulation des allocations familiales selon le revenu des ménages, nous avons été accusés, par certains, de vouloir favoriser le déclin de la natalité française... Mais qu'est-ce qui permet de maintenir une natalité élevée en France? Des prestations monétaires élevées? Plusieurs facteurs imbriqués, bien sûr. Mais les études montrent un lien avéré entre la natalité et les modes d'accueil du jeune enfant, permettant aux femmes de continuer à travailler tout en ayant des enfants. En France, non seulement les mères peuvent continuer à travailler, mais elles sont nombreuses à le faire à temps plein. Bon évidemment, rien n'est aussi simple... plus il y a d'enfants à charge, moins la mère travaille (à temps plein). Bizarrement, le temps de travail du père, lui, ne varie pas selon le nombre d'enfants... Et cette statistique là semble assez majoritaire, quel que soit le pays étudié!

Julie 19/10/2016 01:50

Il est clair que le manque de modes de garde est déterminant. D'ailleurs, dans les familles où les générations cohabitent, le taux d'activité féminine est plus élévé (souvent à temps partiel tout de même).
Avec l'avènement de cette nouvelle politique familiale, en 2010 une allocation familiale a été créée, sous conditions de ressources. Elle est majorée pour les familles monoparentales, très rares ici, puisque seules 3% des naissances se font hors mariage. Il faut dire que les enfants nés hors mariage ne touchent toujours qu'une demi-part par rapport aux autres. Et on ne pourra guère compter sur l'actuel gouvernement conservateur pour abolir cette règle archaïque.
Je vous ferai aussi un petit topo sur le travail des femmes.